Le séminaire par docteur Bin Bayyah en Tunisie discute le fiqh de réalité

Commencé par :

 

 

 

 

Le séminaire par docteur Bin Bayyah en Tunisie discute le fiqh de réalité

Au nom d'Allah, le Clement ,le Misericordieux

.Tunis, 7 Muharram 1434 Hejir, le 21 novembre 2012
 

Suite à la visite par le bien renomme le Scheik Abdullah Bin Bayyah en Tunisie et la participation à la conférence de la citoyenneté et des minorités, la branche de l'UISM en Tunisie a organisé un séminaire en honneur du Scheik (Président Adjoint de l'Union Internationale des Savants Musulmans). Le séminaire ayant droit "la jurisprudence de réalité" a été tenu à l'Université Zaytuna et a été assisté par Dr. Nour Al-Deen Al-Khadimi, ministre Tunisien d'Affaires Religieuses, Dr Abdel-Majeed Al-Najjar, le responsable de la branche UISM en Tunisie, Dr Mohamed Al-Shitiwi, le Directeur de l'Institut Supérieur d'Études Religieuses, en plus d'un représentant "de la Voix des Étudiants Zaytouniya" le club qui a co-organisé le séminaire avec l'UISM.

Le séminaire a commencé vers 16h avec un mot de bienvenu adressé aux Dr Abdullah Bin Bayyah, la délégation d'accompagnement et a tous ceux présents dans la salle abondante en audience, le nombre des présents a surpasse celui des sièges prévoyais ce qui les a obliges de suivre tout en restant debout.

Mot par Dr. Abdullah Bin Bayyah

Au commencement, docteur Abdullah bin Bayyah a parlé de la Tunisie, son histoire et sa contribution à la diffusion de l'Islam dans la région du Maghreb Islamique. Comme il a indiqué, la Tunisie a repris son rôle aujourd'hui alors que sa volonté a été libérée après longtemps était 
enchaîné.
Le Scheik Bin Bayyah a mentionné que cet enthousiasme pour la réforme était toujours bon et est exiger tant qu'il a suivi des règlements religieux et a souligné que la compréhension de la réalité dans laquelle nous vivons était le premier pas pour atteindre la vraie objectif et,pour accomplir l'essence de textes et des décisions. À cet égard, il a cité Ibn 
Al-Qayyim qui a affirmé qu'un savant de jurisprudence doit être bien 
conscient de deux branches de fiqh ou de la jurisprudence : le fiqh 
d'obligation et le fiqh de réalité. Le Scheik Bin Bayyah a mentionné que le 
fait que la réalité ne peut pas être saisie que par cinq moyens ou cinq 
mesures d'évaluation : la mesure de la sensibilité, la mesure de la langue, 
la mesure de raison, la mesure de la tradition, la mesure de la nature.

De plus, le Professeur Bin Bayyah a clarifié que la réalité de 
la vie et des sociétés, est une entité qui produit les décisions qui dirigent 
et reforment cette réalité. C'est une réalité qui propose toujours une 
nouvelle situation où nous sommes contraints pour appliquer le plus important 
de textes [religieux]. Pourtant, la tâche de réalisation de ce but n'est pas 
laissée pour le public ordinaire, comme le scheik a mentionné, mais c'est la
tache de l'organisme responsable, l'organisme envers lequel les gens sont 
loyaux parce que c'est le seul organisme conscient de la mesure des bénéfices 
ou du mal qui en résulte. Le scheik a mentionné deux étapes ou niveaux pour 
la Sharia. Le premier est le niveau de croyance et c'est un fixe. Le deuxième 
est le niveau d'appliquer les décisions qui passent nécessairement trois 
étapes malléables : interprétation, justification et application. L'étape 
d'application doit aussi inclure un pesage du meilleur intérêt et jusqu'où 
les buts ou maqasid de textes sont realizes

À la fin du séminaire, le Scheik Abdullah Bin Bayyah a fait des références rapides et il s'est adressé au peuple tunisien de ne pas être hâtif dans leur révolution et de travailler pour l'achèvement de ce qu'ils ont révolté. Il a déclaré que ce but serait seulement respecté par deux caractéristiques : obéissance et équilibre.