Le Comité de revue du projet de déclaration sur la protection de la famille

Commencé par :

Le Comité de revue du projet de déclaration sur la protection de la famille


L'institution de la famille, qui réunit l’homme et la femme par le mariage, est le premier noyau pour former les sociétés et les peuples, cette institution a reçu une considérable attention des différentes religions et civilisations, car à travers la famille sont fondées les cultures et les éthiques qui forment l'identité des patries. Personne n’ignore ce qu’a subis cette constitution de défis qui menacent son entité, sans oublier ce que quelques conventions de l'ONU pour les femmes et les enfants, manquent de prendre en compte la diversité culturelle, que sont riches les sociétés humaines.


La Commission chargé des affaires de la famille à L’Union Internationale des Savants Musulmans, a observé des contradictions dans les conventions internationales relatives aux femmes et enfants, avec les valeurs religieuses et humaines.

Nous réaffirmons le complet refus d'utiliser toutes sortes de violence contre les femmes, accentuons en même temps sur notre refus du fait que les directives des conventions internationales touchent à la souveraineté et le droit des peuples de protéger leur identité culturelle et leur civilisation.


La Commission de la famille de L’Union Internationale des Savants Musulmans recommande :


D'abord : Elle insiste sur l’établissement des valeurs et de l'éthique de la religion Islamique et des religions Divines et la bonne pratique de la pudicité.


Deuxièmement : encourager les gouvernements islamiques, et les hommes de pouvoir, à se réserver sur tous les articles violant la décence de la Sharia Islamique et la bonne pudeur.

Troisièmement : travailler à enrichir le système terminologique de l’ONU des lexiques et des concepts Islamique qui traitent le sujet des femmes, des enfants et de la famille.


Quatrièmement : l'adoption du concept de devoir en échange du concept du droit, l'obligation de chaque Parti est réciproquement le droit de l’autre.


Cinquièmement : Appel à l'établir à l’UNO « une commission pour la situation des familles » qui servira à évaluer tous les initiatives concernant ce sujet.


Sixièmement : le respect de la pleine souveraineté des états dans la gestion de leur affaires internes et leur permettre de formuler leur propre programme législatif politique, économique et sociale, proportionné aux valeurs humanitaires.

Les membres de la comite:-


1. Dr Bouthayna Karouri.

2. Mme Aisha Belhajjar.

3. Me. Mayssoun Mohammad Moubarak

4. Me.Sayedda Mahmoud Mohammad 5. Me.Suzanne Rafik Al Mashharawi

6. Dr. Mariam Haroun Mustafa

7. Dr Nora Ibrahim Omar 8. Dr. Khadija Badehdah

9. Dr. Asma’ Ghaleb Al-Qurashi 10. Dr. Amira Al Saaidi