Al Imam Al Quardawi envoie une lettre au président Français sur les caricatures et les proces du terrorisme

Commencé par :

Al Imam Al Quardawi envoie une lettre au président Français sur les caricatures et les proces du terrorisme


Al Imam Youssef Al Quardawi, Président de l'Union internationale des savants musulmans et le président du Conseil européen de la fatwa et de la recherche, a envoyé une lettre au président Français François Hollande, livré à l’ambassade française à Doha, au Qatar, lui présentant la consolation de la mort des citoyens français qui ont été tué par la suite de l’accident du journal « Charlie Hebdo », confirmant la condamnation totale de cette accident de la part de l’Union Internationale des savants musulmans et du Conseil Européen de la fatwa et de la recherche, quel qui en été le criminel, et qu’ils en étaient ses motifs, et ses croyances, parce que l’assassinat et l’intimidation ne sont jamais considérés comme des moyens d’expression, ou le refus du contrevenant dans la religion islamique et la culture islamique tolérante.

 

Al Imam Al Quardawi a bien insisté sur les paroles du Président Hollande, dont il a demandé de ne pas confondre entre le terrorisme et l’islam, dans le monde et surtout en France, ou le terrorisme n’a ni religion, ni patrie, ni nationalité, mais qui est considéré en tant qu’une menace pour toute l’humanité.

 

Il a également souligné l’éminence sur le comportement positif de la minorité musulmane en France, et a déclaré : « Le comportement civilisé de la minorité musulmane française reflète leur foi dans leur religion tolérante, dans le monde pacifique, dans les valeurs humaines, dans les conventions nationales, au fait elle est une minorité compatible avec elle-même, ouverte aux autres, utile pour son pays, lui causant parfois d’incitation et d’agression, et nous en sommes confiants, que la France protègera les droits de tous ces citoyens, malgré leur divergence religieuse, et que les protestations de Paris feront appels à la cohésion nationale et la défense des libertés, et répondront à toutes sortes d’extrémisme, et ne serons pas en face d’une espèce précise.

 

L’imam Al Quardawi a bien clarifié son déni complet envers les dessins publiés par les journaux européens abusant notre Prophète Mohamad- paix soit sur lui- et notre Coran, et son appel aux musulmans d’en refuser à travers tous les moyens pacifiques, légitimes et légaux, sachant qu’il n’est pas raisonnable d’ en considérer les valeurs intellectuelles et expressions de liberté en tant que permis pour agresser les cultes religieuses et ce qu’elles symbolisent, ajoutant que la nation musulmane n’accepte pas l’insulte de ces sanctuaires et ces rituels.

 

Al Quardawi a bien appelé la France et les pays européens a l’initiative d’adopter une loi pour la protection des sanctuaires religieux, ou il en est déraisonnable ou même empêcher les lois d’abuser aux individus en restant muet envers les abus aux prophètes, et que le législateur français qui était en mesure de délivrer une législation de crime pour l’antisémitisme, a la capacité d’adopter une loi qui criminalise la diffamation des religions, des prophètes et des lieux saints.



Al Quardawi en a ajouté que pendant le traitement du terrorisme, il faut bien tenir compte du traitement des effets et des résultats, tout en jamais négliger les raisons et les motivations qui alimentent le terrorisme, la perte de la justice humaine, la provocation des sentiments religieux, et la négligence des droits des palestiniens a établir leur propre Etat, et l’imprudence des crimes israéliens contre eux, et le soutien des régimes autoritaires dans le monde arabe et musulman qui répandent le sang de leur propre peuple et violent leur liberté, comme il en est le cas en Syrie et en Egypte, soulignant que le traitement de ces problèmes, serait d’éradiquer le terrorisme de ces racines dans le monde.

 

Al Imam Al Quardawi a exprimé sa disponibilité entière et la volonté de l’ union Internationale des savants musulmans et le Conseil européen de la fatwa et de la recherche, de coopérer avec toutes les institutions scientifiques et humanitaires, en France et en Europe, mais aussi dans le monde entier, pour réaliser le bien de l’humanité et la préservation des valeurs de la liberté, et le respect du Sacré.