L’UISM participe à la conférence de la nation musulmane à l'Université de Aligarh, en Inde : Islam Zafar Khan, membre de l’Union : Nous avons besoin d'un « Conseil des aînés ».

Commencé par :


La situation existante, dans les querelles locales et le déficit en face des puissantes forces étrangères, exige une grande réconciliation entre les principales forces politiques, sociales, et religieuses pour la Nation musulmane 


L’UISM a participé à la Conférence islamique tenue à l’Université islamique d’Aligarh en Inde et a eu comme titre : La nation musulmane, la voie vers l’avance, en présence du Dr Zafar Islam Khan membre de l'Union et directeur de l’institut des études islamiques et arabes à New Delhi, qui a de même représenté l'Union là-bas, où son éminence a assisté par une document intitulé (le besoin de la nation d’une grande réconciliation) en exprimant sa gratitude à la conférence et ceux qui la soutiennent en transmettant les salutations de l'UISM, et le Président son Éminence Cheikh Yusuf al-Qaradawi.

Ainsi, Dr Zafar Islam Khan a commencé son discours, en disant qu'il était nécessaire depuis longtemps de tenir une conférence de réconciliation islamique, il est rassurant et fier que cette conférence se maintient en Inde, qui a été l'avant-garde des partisans de questions islamiques, en particulier au cours de la première moitié du XXe siècle.

La situation mondiale islamique au cours des derniers siècles, n'a pas été pire que ce qu'elle est au cours des deux dernières décennies. Sur le papier au moins, le monde musulman n’a pas été meilleur que maintenant en termes de nombre de pays islamiques, de la production nationale globale des cinquante-huit pays islamiques et le grand nombre des musulmans dans ces etats. Ajouter les minorités musulmanes qui existent partout dans le monde aujourd'hui, y compris notre pays, qui abrite la plus grande minorité musulmane dans le monde et le deuxième grand rassemblement musulman dans le monde. 

Mais malgré ce grand nombre et ses possibilités sans précédent, tous les pays musulmans souffrent aujourd'hui des défis internes et externes énormes. Les forces de plans néocolonial ont préparés pour la destruction et la transmutation du monde arabe, qui est le cœur du monde musulman. Il y a beaucoup de peuples musulmans qui ne sont pas satisfaits de leurs dirigeants à des degrés divers. Et certains d'entre eux, comme en Syrie maintenant, ont pu prendre les armes contre leurs dirigeants. Cette situation a ouvert la porte à une intervention étrangère dans nos pays aussi à pousser un grand nombre des systèmes mondiaux musulmans de se rendre en alliance à des puissances étrangères ce qui ne sert pas les intérêts majeurs de la Oumma islamique.

Son éminence a également souligné que les vingt-deux pays arabes sont incapables même de contraindre Israël à respecter ses obligations en vertu des accords d'Oslo de 1992, bien qu'il représente le minimum qui peut être accepté par le peuple palestinien.

Cette situation de querelles présente dans le déficit local en face des puissances étrangères exige la réconciliation entre les principales forces politiques, sociales et religieuses de la nation musulmane. En vertu de cette réconciliation, nos dirigeants connaîtront leurs responsabilités et les limites de leurs pouvoirs alors que les masses se rendent compte également de leurs droits et devoirs en vertu d'un système politique démocratique fondé sur le Conseil de la Choura. Cette réconciliation conduira à la mise en place d'un traité social entre les gouvernants et les masses afin que chacun d'eux devient un protecteur et défenseur de l'autre. Cela libérera nos forces et notre potentiel réduit en esclavage des énormes chaînes qui entravent son mouvement. Si cette réconciliation importante est disponible, le monde musulman deviendra une grande puissance qui ne peut être manipulé par des forces extérieures et ses pouvoirs.

Conseil des aînés :

Son éminence a ajouté : Pour réaliser ce rêve, nous avons besoin du « Conseil des aînés » dont sont choisi ses membres des plus brillants esprits politiques et religieux dans la nation musulmane, y compris les minorités musulmanes. Ce conseil implantera les bases et les règles du traité social qui reliera entre les gouvernants et les masses dans nos pays. Le Conseil des aînés mettra également les règles de coexistence pacifique entre les différentes sectes islamiques et les voies qui permettront également de déterminer les fondements de la relation avec les puissances étrangères. Nous devons arrêter la propagande les uns contre les autres et contre chaque fatwas de l'expiation contre ceux qui ne sont pas à notre avis de faveur ou de la doctrine. Nous devons savoir comment vivre ensemble et comment respecter les uns les autres malgré toutes nos différences .. et le Conseil des aînés qui gèrera les gouvernements islamiques sur la meilleure façon d'exploiter nos richesses économiques et démographiques pour que le monde musulman franchira à une forte puissance scientifique et technologique ne restant pas un simple consommateur de biens et d'idées qui sont faites en dehors de nos frontières.

Un autre devoir être confiée au Conseil des anciens c’est d'adopter une position claire et décisive pour lutter contre le « terrorisme islamique » que l'on appelle à tort, alors qu'en fait le punk sur l'islam et les musulmans. Voilà pourquoi quand il est apparu un groupe similaire au début de l'Islam ils ont appelé les appartenants comme « Kharijites » des rebelles. La nation ne les a pas du tout acceptées et ils sont morts d'une mort naturelle, mais leurs fausses idées ont été resté confiné dans les livres. Et les contemporains néo-Kharijites trouvent le soutien par les opinions idéologiques de l'époque Kharijites de la Première ère islamique. Les nouveaux Kharijites doivent avoir sort semblable au sort des vétérans des Kharijites. Pour atteindre cet objectif la nation musulmane doit faire un effort unifié, coordonné et planifié. Le Conseil des aînés a proposé serait le forum approprié pour prendre une position unifiée sur cette question ainsi que sur d'autres questions qui sont vitales pour notre nation.


Il a conclu en disant : J'espère que cette conférence de réconciliation islamique serait une voix forte pour la réconciliation et la réunification de la nation et notre proposition serait examiner en gravité. C’est de notre grande satisfaction que cette voix soit levé de l'Inde, qui avait un brillant passé islamique et aura également un bel avenir si Dieu le veut.