Al Qara Dawi invite les musulmans à s’unir pour la défense d’Alep Syrienne

Commencé par :


Le président de l'UISM, Sheikh Yusuf al-Qaradawi, invite les musulmans à "défendre la ville syrienne d'Alep #, et de la soutenir contre les assauts," dont elle est exposée pendant près de trois semaines.

L'appel lancé par le cheikh Qaradawi, a été cité à travers des reproches à l'Anatolie, lors de son séjour dans la ville turque d'Istanbul, pendant sa participation aux travaux de la 26e session du Conseil européen pour la Fatwa et la Recherche


Depuis l'annonce du régime syrien la fin de la trêve le 19 Septembre dernier, après un cessez-le-feu fragile qui n'a pas tenu pendant plus que 7 jours, ses troupes ainsi que des avions de combat russes décochent, une campagne aérienne violente continue sur les quartiers d'Alep sous le contrôle de l'opposition, ce qui a causé la mort et la blessure de centaines de civils, y compris les femmes et les enfants.

Qaradawi a souligné la nécessité "que tous les musulmans se dressent en tant qu’un cœur d'un seul homme pour défendre la ville d'Alep," et de s'unir pour la soutenir.


Il a ajouté que c’est interdit qu’une nation se disperse, et en face d’elle un pays (ville) comme Alep qui se déchire ici et là (..) nous espérons trouver une renaissance en échange d'un si grand et sauvage assaut sur cette ville indulgente et que cette nation s’unisse et sache que le sort des musulmans en est un."


Il a remarqué que «la question d'Alep et ce qu’il l’a frappé et lui frappe toujours et en est prévu, est un gros problème, dont sont abonnés les ennemis de l'Islam de chaque côté, les chrétiens et les communistes et les inventeurs."

Sheikh Qaradawi a souligné, que « les musulmans du monde entier n'aiment pas les effusions de sang, ni la lutte ou les guerres et ne sont hostiles à personne, sauf à ceux qui les attaquent."

Le 9 Septembre passé, Washington et Moscou ont conclu un accord pour un cessez-le feu en Syrie, sur la base de l'arrêt pendant 48 heures, mais l'accord n'a pas duré après un bombardement aérien d’un convoi d'aide des Nations Unies au 19 du même mois.


La Russie et l’Amérique ont échangé à l'époque, des accusations de responsabilité de l'attentat du convoi, des sources dans l'opposition ont rapporté à l'Anatolie, que le bombardement a également ciblé un Croissant-Rouge syrien dans la ville « Orme," au Rif ouest d'Alep, lors du déchargement des camions, transportant de l'aide humanitaire.







Les quartiers d'Alep Est, sous le contrôle des combattants de l'opposition, souffrent un siège de la part du régime syrien et ses forces milices par le soutien aérien Russe, au milieu d'une grave pénurie de nourriture et de matériel médical, ce qui menace la vie d'environ 300 000 civils ainsi présents.