Al Raysouni: Le Coup d’État vise la Turquie en insurrection

Commencé par :

Le vice-président de l'UISM, Ahmed El Risoni, que la tentative de coup d'État manqué qu’a témoigné la Turquie en ce mi-Juillet visait sa renaissance et son habilité à la compétitivité économiquement et politiquement, mais ceci a permis à identifier l'impact des forces de tutelle à travers l’attitude ferme du peuple.


Dans une interview exclusive avec "Anatolie", El Risoni a expliqué que "la tête de la Turquie était en demande parce qu'elle conduisait la vision d’un fort monde musulman, en particulier dans la construction de la puissance économique", notant que " une implication éventuelle des forces régionales et internationales dans cette tentative."

En ce qui concerne de la morale de l’échec du coup d'État en Turquie, les pays arabes et les peuples de la région pourraient en bénéficier dans son ensemble, il a dit que "la position ferme et attentive qui a été émise par le peuple turc confirme et sert le slogan qui a été soulevé au cours du printemps arabe: le peuple veut."


El Risoni a souligné que la capabilité d’échouer le coup d'État à sauver le peuple turc des restes du régime militaire dont il avait souffert plus tôt, en expliquant que « le désengagement de l'adhérence et de la domination et le contrôle de l'Occident exigent la force économique et le bâtiment politique indépendant issu des peuples, ainsi que la liberté culturelle et intellectuelle."


Le texte du discours :



- Récemment, La Turquie a été capable de faire échouer un coup d’État, quelle est votre lecture de ces développements ?


Tout d'abord, nous tenons à féliciter les dirigeants et le peuple turc de se débarrasser de ce mal qui leur a touché, et nous félicitons le peuple sur la vigilance et la fermeté, c’est sûre que cette tentative de coup d'État a échoué, mais en fait c’est un attentat de suicide des personnes en charge, et comme d’habitude les bombardiers se tuent eux-mêmes avant tout, et ceux qui ont travaillé pour cette opération se sont tués eux-mêmes, que ça soit ceux qui sont morts, ou ceux qui sont devenus en proie à la justice ou en appel, et le coup d’État est une opération de suicide aussi pour le reste des forces de contrôle, de la tyrannie et de l'autoritarisme, de même la capabilité d’échouer ce coup d’État à sauver le peuple Turc des détriments d’un régime militaire, parce que la Turquie même s’ il y a plus que 20 ans ou plus vont en vertu d'un gouvernement civil démocratiquement élu, les restes du régime militaire ont survécu et étaient encore visibles.



- Jusqu’à quel degré c’est vrai qu'il y a une salle d'opération internationale visant la Turquie et certains pays de la région arabe et islamique ?

Cette phrase a été lancée par un homme d'expérience, l’ancien président Tunisien Mohamed Moncef Marzouki, il est plus informé que moi et du public en général, et qui sait ce qu'il dit, nous, en tant qu’intellectuels et penseurs estiment que ces choses sont réelles, mais nous ne disposons pas de prouver par des indices touchantes mais quand c’est émis par un ancien chef de l'État, et un homme politicien chevronné pendant des décennies c’est qu'il veut dire ce qu'il dit, et nous voyons que le coup d'État en Égypte, par exemple, était coordonné, et a eu lieu après les réunions régionales et internationales pour un an ou deux.

La tête de la Turquie, et je ne dis pas seulement la tête (Le président Raja Tayeb) Erdogan était demandé, en sachant que c’était la tête de la Turquie démocratique, concurrente, politiquement et économiquement était réclamée, et nous sommes pas surprenant qu'il y aurait des mains d'ici et delà régional et proche de la Turquie, malheureusement, et bien d'autres mains de l'Ouest et peut-être Israéliennes, qui ont été impliqué dans ce qui s’est passé , et les positions et les réactions dans les premiers moments et les premières heures de la nuit le montrent.


- Quelles sont les leçons de l’échec du Coup d’État en Turquie pour les pays arabes et les peuples de la région dans son ensemble ?


La Position ferme et attentive émise par le peuple turc confirmant le slogan soulevé au cours du printemps arabe, « le peuple veut » ce slogan a prouvé que le peuple veut quelque chose, il pourrait le réaliser, et devient à portée de main, alors les peuples arabes et les peuples de la région doivent adopter ce slogan, si le peuple désire, et a offert quelque chose pour la position, alors sa volonté sera en opposition à la volonté des minorités en contrôle.



- Que pensez-vous de l'avenir de la région du Moyen-Orient en particulier, surtout qu'il y’a ceux qui croient que le coup d'État manqué avait pour but de dessiner une nouvelle carte de la région ?

Je pense que cette tentative Coup d'État a donné une nouvelle naissance à la Turquie, où il a été identifié qui sont les forces du mal, de tutelle et de complot, et les forces qui ont été armé par quelques généraux et officiers pour contrôler le sort du peuple. Cette époque s’est terminé en Turquie, au moins, c’est le cas, et la Turquie s’est récupérée de ses blessures ceci sans doute va envoyer un message aux peuples de la région étant capable de faire comme ça.


- À votre avis, l’incorporation pour un pouvoir économique parraine la promotion des peuples arabes et islamiques, et de rester loin de la tutelle et la direction de l’Ouest ?

Je ne dis pas rester à l'écart de l'Ouest, mais le désengagement de sa poignée, et ceci est une chose nécessaire, le désengagement de l'adhérence et de la domination et du contrôle de l'Occident exige une force économique et une politique indépendante issue des peuples, parce que ce qui découle de peuples sera difficile à contrôler ou à soumettre, il se doit de marcher dans le sens de la libération culturelle et intellectuelle afin de traiter avec l'Occident sur la base d'intérêts communs.


Tout cela est possible, comme je l'ai dit, la tête de la Turquie était réclamé parce qu'elle conduisait à un monde islamique fort, en particulier dans la construction du pouvoir économique, Elle a bien collecté plusieurs initiatives et formes, en particulier les initiatives économiques en premier degré de sorte que le monde musulman possède de la richesse et de capacités d'intégration, ce qui rend admissible par un court moment de construire sa force économique, mais ça ne peut pas fonctionner pas si ce n’est pas accompagné par une volonté politique et un renforcement politique et une consolidation des relations entre les peuples islamiques.