Rashed Ghannouchi : L’Histoire ne revient pas en arrière

Commencé par :


Dans une interview réalisée par la télévision Arabe TRT Sheikh Rashid Ghannouchi, membre du conseil d'administration de l'UISM a déclaré, en ce qui concerne le printemps arabe .... "Il ne faut pas considérée la révolution comme une simple ligne où l’on s’arrête sur, il est un chemin qui peut monter ou descendre, et je suis totalement convaincu que le printemps arabe a fait entrer toute la région dans une nouvelle ère, et qu’on ne peut pas revenir en arrière, où l’on a mis fin à l'ère de l'unique chef, et le seul parti, et les médias en bois, et l'élection des 99% ".

 

Au niveau de la révolution syrienne, le politicien tunisien croit que la volonté du peuple triomphera à la fin, malgré toutes les pertes et les sacrifices. Il a bien clarifié que "le peuple syrien, est un peuple généreux à l'origine, et qu’il a le droit de vivre sous un régime démocratique lui offrant la liberté et la dignité loin de l'autocratie et la famille et la communauté.

 

Ghannouchi a exprimé ses regrets pour la chute du peuple syrien entre les mâchoires d’un régime sanguinaire et l'organisation terroriste Daash, "Ces deux parties travaillent pour éliminer l'opposition modérée en symbiose complet surprenant et étrange. Malheureusement, ce qui a rendu la situation plus complexe ce sont les agendas régionaux et internationaux qui ont fait de la Syrie une arène de guerre et de conflit par procuration ".

 

Sur le front égyptien, Ghannouchi croit que l'Égypte est le cœur du monde arabe, et que « si le cœur est faible, sans aucun doute ça va affecter le reste du corps, et que son pouvoir et son bien-être sont une force pour tous."

 

Il a exprimé son profond regret sur la perturbation que subie l'Égypte, qui a été causé par le conflit aigu et la discorde et l'incompatibilité, en soulignant que l'expérience tunisienne et d'autres "nous ont appris que l'exclusion ne peut pas apporter du bien à nos pays, et ne peut pas réussir en tant que projet."