Ramadan entre la générosité et l'extravagance objet d'une thèse d’El Risoni

Commencé par :



Al Faqih Al Makassedi Ahmad El Risoni a préparé une thèse scientifique orienteur ayant pour thème « Ramadan entre la générosité et l’extravagance », dont il a mis en évidence la question des dépenses et de consommation, qui se double chez un grand nombre de familles marocaines, et a souligné comment mettre à jour cet aspect dans notre vie et notre comportement pendant le mois sacré.


La thèse s’est arrêté sur plusieurs groupes de pratiques dévotionnelles louables pendant Ramadan, telles que la générosité et la gentillesse, mais El Risoni a remarqué que la majeure partie qui organise des festins et offrent des cadeaux généreux, et honorent leurs invités, ciblent les riches et les nantis, au lieu de faire profiter les pauvres et les nécessiteux.


El Risoni a attiré l’attention dans sa thèse, que ce genre de générosité dédiée aux riches au dépit des pauvres, « est contradictoire aux directives de la Shari’a et ses buts » en rappelant que la générosité, le don, l’alimentation et la gloire sont personnalisés pour les pauvres et les défavorisés, en clarifiant que la vraie générosité et la plus utile et payée, sera celle dont profite les pauvres, les nécessiteux et les affligés.


La thèse du savant makassidien, en a mis le point sur l’existence d’une classe plus crédible à côté des pauvres de ces pays, qui ont besoin de bénéficier de cette générosité et de cette gentillesse. Ils sont des immigrants ou des personnes déplacées d’autre Provence, qui ont été contraints par les circonstances de la guerre, la peur et la faim, de quitter leur patrie et leurs foyers, y compris les Syriens et les immigrants des pays africains.

El Risoni a appelé, dans la même thèse, que les catégories mentionnées de pauvres et de misérables, « soient en premier à atteindre cette sympathie et cette générosité pendant Ramadan et en dehors », en considérant que le Maroc est plus large pour les assimiler, et le peuple du Maroc est généreux pour ne pas les oublier dans leur détresse et leur pèlerinage.


Cette lettre directrice est présente pour mettre en garde contre la tyrannie de la consommation comme l’un des défis majeurs auxquels sont confrontés les familles marocaines, qui devient un fardeau à la société et l’État, dont le mouvement d’unification et de réforme en a été la première à organiser une activité nationale sur la « durabilité », organisé par la ville de Tanger, avril dernier, afin de sensibiliser à la gravité de ce phénomène, et l'éducation sur la modération dans les valeurs de consommation.   


L'intervention de cet article scientifique directeur préparé par Ahmad El Risoni, est intégré dans le programme spécial du mouvement d'unification de la réforme durant le mois sacré du Ramadan, qui est divisé entre des activités instructives et éducatives qui servent à rationaliser la religion et établir des valeurs de droiture dans la société, y compris la préparation de la série de vidéos scientifiques sur le sujet du Ramadan, préparé par Fatima Al-Najjar en plus des productions de direction scientifique touchant un certain nombre de questions et de phénomènes qui s'imposent aux marocains et les éloignent  des fins de jeûne et de sa réalisation.