Daghestan: document sur le Jihad (lutte), le terrain de guerre et le meurtre d'imams

Commencé par :
Ceci est une étude où le Secrétaire général de l'Union Internationale pour les Savants Musulmans (UISM) et un certain nombre des syndiqués ont participé à l'édition et l'approbation de ce sujet en plus d'un nombre énorme des savants et des muphtis au Daghestan. Le document tourne autour d'un certain nombre de sujets et problèmes liés à la pensée Islamique en Fédération de Russie en général et la République du Daghestan en particulier où quelques incidents ont eu lieu et ont abouti à la mort d'un certain nombre d'imams des Masajed et orateurs. Ces tiges de document de la Déclaration de Moscou publiée par un groupe de savants ont établi et renommé comme ayant profondément la connaissance et l'effort sincère pour la recherche de la vérité et sont approuvées par l'IUMS. C'est pourquoi, nous espérons que la jeunesse musulmane acceptera ce document, l'abordera sérieusement, efficacement et sagement comme il présente une vraie et bonne interprétation de la méthodologie modérée.

Le Document du Daghestan réaffirme toutes les idées citées dans la Déclaration de Moscou concernant la lutte de jihad, l'application de décision de la Sharia, le Caliphate ou le règne des musulmans, mais ajoute aussi et met en évidence quelques faits qui ont eu lieu dans la République du Daghestan. Ceux-ci sont : 

D'abord : la division exaltante et la sédition parmi les Musulmans sont parmi les péchés majeurs dans l'Islam selon le consensus savant basé sur des centaines de vers Quranic et hadiths (les énonciations prophétiques) qui implique le danger d'un tel acte parmi eux le vers {pour le tumulte et l'oppression est plus mauvaise que le massacre} [le Coran 2 : 191] Et l'affirmation de la même signification dans le vers {pour le tumulte et l'oppression est plus grande que le massacre} [le Coran 2:217] et le vers où Allah parle d'unité et la torture pour ceux qui causent la division : {Attachez-vous fermement au pacte d'Allah et ne vous divisez pas. Rappelez-vous les bienfaits d'Allah pour vous, car vous étiez ennemis, Il a établi la concorde dans vos coeurs, de sorte que, par Sa Grace, vous êtes devenus des frères. Vous étiez aussi au bord du gouffre de l'Enfer, et Il vous en a sauvé c'est ainsi qu'Allah vous expose Ses signes pour que vous soyez bien guides.} [le Coran 3:103]. De là, le document appelle l'opposition ou les frères militants pour l'unité, la réconciliation, retournant à la sphère qui réunit l'ummah, en accomplissant le rôle de guidage vers Allah et en instruisant les gens.

Deuxièmement : le Meurtre des Musulmans qui prient vers la Kiblah Islamique est parmi les péchés majeurs dans l'Islam selon le consensus des savants musulmans et basé sur les textes définitifs du Coran et sunnah (les énonciations prophétiques) incluant le vers {Quiconque tue intentionnellement un croyant aura l'Enfer pour prix de son crime.Il y demeurera a jamais, encourant la colère d'Allah qui le maudit et lui ménage un tourment terrible.} [le Coran 4 :93] Et nous ne devrions pas manquer d'observer comment Allah a mentionné cinq grandes punitions pour celui qui tue délibérément un partisan : 1-feu de l'enfer; 2- torture éternelle là-bas; 3-colère de Dieu sur cette personne; 4- la malédiction de Dieu sur eux; 5- la préparation d'une grande torture pour cette personne. Al-Bukhari dans son Sahih et Ahmed dans leur chaîne de narration ont cite que le Prophète Muhammad (paix et bénédictions sur lui) - ont dit que "Un croyant reste dans l'étendue de sa religion tant qu'il ne frappe pas de sang interdit (c'est-à-dire tue quelqu'un illégalement) " et dans un autre hadith - classifié comme sahih (parole vraie du prophète) par savant de la religion -" les couronnes (soldats) du diable incite une personne pour tuer un autre et lui dit que "vous êtes le meilleur ! " [relaté par Ibn Habban dans son Sahih et Al-Hakim, authentifié et approuvé par Al-Dhahabi].

Troisième : la déclaration du jihad (lutte armée), ce n'est pas le droit d'une personne ou d'un groupe ou l'organisation, mais c'est le droit de la nation Musulmane entière. Il n'est pas permis de déclarer le jihad selon le consensus musulman sauf dans les cas d'autodéfense et en expulsant l'occupation de colonialistes comme c'est le cas de la Palestine. En révisant tous les vers de jihad et le combat dans le surah "d'à-Tawba", nous constaterons qu'ils affirment que la lutte n'est que contre des agresseurs et des ennemis cherchant à causer le mal et que le jihad et la lutte sont pour la simple raison de se défendre et non de s'attaquer aux autres. Basé sur le mentionné ci-dessus, nous affirmons la chose suivante : On interdit religieusement les meurtres, les assassinats et les explosions ayant lieu dans certains pays, logiquement inacceptables et ne se conforment pas aux lois de l'Islam et ses principes en plus du fait qu'ils déforment l'image de l'Islam et fournissent aux ennemis de la religion des justifications pour l'attaquer et la marquer comme une religion terroriste et cruelle empêchant ainsi sa diffusio; au point que ces actes de plus qu'ils sont interdit, deviennent une barrière qui bloque la diffusion de l'Islam et sont aussi un facteur de refoulement pour les non-Musulmans.

L'appellation du mot "le jihad" à ces explosions visant les musulmans civils ou les non-musulmans est une injustice majeure et une altération de ce terme Islamique profond qui se réfère à la manifestation de l'effort extrême d'étendre l'appel de l'Islam, c'est d'instruire les gens et de défendre la religion de tous les moyens possibles. Ces opérations se reflètent d'autre part dans l'arène de violence interdite et du terrorisme et l'injustice évidente contre la tuerie des victimes innocentes: les enfants, les personnes âgés et les femmes. Allah le Tout-puissant a clarifié l'interdiction d'assaut contre l'âme humaine en entier pour aucun droit de justification {que celui qui tuerait une seule personne non coupable de meurtre ou de dégât sur terre, aurait comme tue l'humanité toute entière} [le Coran 5 : 32] et le Prophète Muhammad a dit dans un authentique (sahih) hadith que (En vérité votre sang (votre vie) et votre propriété et votre honneur sont aussi sacré pour vous que ce jour du vôtre, ce mois du vôtre, dans cette ville du vôtre.) [Sahih Al-Bukhari avec 1/145,146 Al-Fath, 8318 et Musulman 1679].

On le connaît logiquement dans la Sharia Islamique que les droits des gens sont préservés et protégés, qu'il n'est pas autorisé de les assaillir et de même les bonnes actions comme le jihad et la mort pour la cause d'Allah n'exercent pas des représailles ou couvrent les droits des gens pris injustement. Hadith authentique mentionnée qu'Abu Qatada a demandé au Prophète - (pbAl) - "vous voit-il si j'ai été tué pour la cause d'Allah, expie-t-il mes péchés ? Le messager de Dieu a dit : oui, si vous étiez patients, comptant votre récompense [de Allah] et ne tournant pas votre arrière (fuyant la bataille) sauf la dette, pour Gabriel m'a dit ainsi." [Relaté par Musulman 2581].

Quatrième : les Accusations d'Apostasie et Fisq (désobéissance) :

Allah le tout puissant a envoyé Son messager a toute l'humanité pour les guider, avoir de la pitié envers eux, leur offrir la guérison et préparer sa nation pour être la nation guide à travers l'humanité, pour les inviter à la croyance en Allah à travers la sagesse, le bon conseil, l'argumentation la plus aimable, les guider et les servir, propager la justice, repousser le mal et se défendre de la meilleure façon.

L'accusation d'un Musulman qui observe la prière et kiblah d'apostasie n'est pas le chemin d'Ahl Al Sunna Wal Jama'a un (la tradition collective de Sunnite) ni celui des premiers savants en religion a connaissance approfondie en Dieu (d'anciens premiers Musulmans) et aussi non plus ce n'est pas la méthode des savants de jurisprudence, mais c'est la méthode de Khawarij "un terme général embrassant un groupe de Musulmans qui ont rejeté (le leadership) du Calife final Ali Bin-ABI Talib" qui a permis de marquer les personnes qui commettent des péchés majeurs comme des apostats par opposition au Murji'ah qui a vu que les péchés mineurs ou majeur ne nuisent pas à une personne tant qu'il/elle conserve la foi. Ces deux méthodes sont fausses, elles contredisent avec les textes de Shariah, cites dans Coran et la Sunnah. La façon exacte pour entreprendre cela est la méthode médiate suivie de Ahl Al Sunna Wal Jama'a qui a résulte de la fusion de tous les textes approuvés qui déclarent qu'un croyant qui commet un péché majeur - sauf l'idolâtrie - n'est pas un apostat, mais est un pécheur qui mérite la torture et est laissé au jugement de Dieu qui a dit que {Allah ne pardonne jamais qu'on Lui associe de fausses divinités: Il peut pardonner tout autre pêché a qui Il veut} [le Coran 4:116]. L'imam Al-Shawkani a indiqué le danger d'accuser un musulman d'apostasie dans son livre Al-Sayl Al-Jarrar 'Ala Hada'iq Al-Azhar (1/981) disant que "Et ici nous versons des larmes et peinons sur l'Islam et ses gens pour ce que le fanatisme dans la religion apportée à la majorité de Musulmans qui échangent les accusations d'apostasie qui ne sont pas fonde ni au Coran ni à la Sunna et sans preuve de Allah, mais en raison du fanatisme extrémiste dans la religion et la capacité du diable pour que la parole entre musulmans soit dispersée et qu'elle soit dictée avec des obligations l'un sur l'autre qui ressemblent à la poussière dans l'air et à des mirages. Cette tribulation dans la religion est le plus grand de maux affligeant le chemin des croyants " Ibn Taymiyah a plus loin dit dans son livre Majmu' Al-Fatawa (12/466) que "personne n'a le droit de déclarer un Musulman un apostat, même si ce Musulman commet des péchés et des erreurs, jusqu'à avoir une évidence et que ça soit prouvée et vérifiée. Et si une personne dont la foi a été prouvée certaine, ne perd pas ce dont il a été attribué en se basant sur le doute, mais le perd seulement après que la preuve a été établie et le doute enlevé". Ainsi, les décisions de complexes de jurisprudence et des associations savantes en vue ont été publiées stipulant qu'il n'est pas permis d'accuser n'importe quel Musulman d'apostasie même s'ils sont des pécheurs.

Cinquièmement : la question de dar AL-HARB et dar AL-SALAM

Il est établi que les termes dar Al-harb (le territoire de guerre) et darAl-salam (le territoire de paix ou l'Islam) sont des termes liés au fiqh ou à la jurisprudence qui n'existe pas dans le Coran ou Sunnah. C'est pourquoi, un grand nombre de savants de l'ancienne école de jurisprudence ont vu l'existence d'un troisième type qui est le dar Al-'ahd ou le territoire du pacte ou du traité qui, selon nos termes modernes serait les pays qui partagent des relations diplomatiques avec des pays Musulmans. Il est établi par la jurisprudence et la preuve que l'Islam préserve les pactes faits avec un pays et ses conventions même ceux faits avec des citoyens individuels, en suivant ce que le Prophète Muhammad - pbsl- nous a dit :"et leur engagement est pris même celui du moindre parmi eux" et comme l'Allah Tout-puissant nous a dit dans le vers {O vous qui croyez! Respectez vos engagements!}.} [le Coran 5:1]. Les écoles de jurisprudence ont donc reconnu que l'on ne considère pas de région ou un pays où les Musulmans vivent en toute paix et jouissent de la liberté de pratiquer les rites et les règles de l'Islam sont considérées un territoire de guerre, mais est un territoire de paix et même si un état non-musulman le domine, tel que clarifié par des décrets de fatwa publiés par une sélection de nos anciens savants concernant le Mongol et la domination Tatar sur quelques pays Musulmans qui ont maintenu leur Islam.

Basé sur cette compréhension et sur la preuve établie, le soussigné voit, la République du Daghestan et les Républiques semblables où les Musulmans, jouissent de leur liberté de religion et où les rites et les règles de l'Islam son établis, n'est pas un territoire de guerre, mais est un territoire d'Islam et de la paix et donc il n'est pas permis de déclarer la lutte dans ces pays contre des Musulmans et il n'y a aucune justification religieuse pour un tel acte.

Recommandations :

Nous recommandons la chose suivante :
(1) En promouvant le rôle des savants, savants de fiqh, Da`iyas ou interlocuteurs pour l'Islam, aussi bien que les institutions spécialistes de répandre l'attention envers ce sujet, combattant le terrorisme et traitant avec ses causes profondes.

(2)L'appelle a tous les médias pour chercher l'exactitude dans la présentation de leurs rapports et nouvelles, particulièrement dans des questions liées au terrorisme et d'éviter de lier le terrorisme à l'Islam puisque le terrorisme a été effectué - et continue à être effectué - par les membres d'autres religions et cultures . 

(3) Appeler sur les organisations scientifiques, éducatives et médiatiques pour montrer l'Islam dans son image brillante qui promeut les valeurs de tolérance, l'amour, la communication avec l'autre et la coopération pour l'intérêt commun.

(4)Demander a tous les ministères et les départements religieux de continuer à consacrer l'attention extrême à cette question en tenant des séminaires spécialisés, des cours intensifs et des réunions a titres scientifiques pour démontrer la gamme de décisions religieuses aidant à prévenir, la suppression et l'élimination de terrorisme. De plus, nous recommandons une formulation très rapide d'un cadre religieux compréhensif qui couvre tous les côtés de ce sujet aussi bien que les règlements de lutte (jihad) et de ses conditions, en plus de la façon de l'application des décisions religieuses, réalisant leur but essentiel et la jurisprudence des priorités et qu'il soit équitable.

(5)s'adresser vers les pays occidentaux pour reconsidérer leurs programmes d'études éducatifs dans les parties qui offrent une vue déformée de la religion Islamique, empêcher les pratiques qui ternissent à l'Islam dans les divers médias, comme une étape pour souligner la coexistence pacifique et le dialogue et empêchent la culture d'animosité et la haine.

(6) S'adresser vers le gouvernement de la Fédération de Russie pour exercer plus d'effort et d'offrir l'appui moral et financier pour la réalisation de l'harmonie et l'intégration positive entre la minorité Musulmane et d'autres composants de la nation russe pour devenir un modèle pour suivre dans la coexistence pacifique et la coopération constructive.

(7) S'adresser vers les républiques habitées par une majorité Musulmane, particulièrement la République du Daghestan pour établir un groupement de fiqh (la jurisprudence) qui réunit un certain nombre de savants Musulmans dans la région du Caucase du Nord, le Tatarstan et les autres zones géographiques pour coopérer avec l'Union Internationale des Savants Musulmans pour qu'il y ait une autorité fiqh traitant les sujets et problèmes contemporaines.

En conclusion, les participants expriment la profonde gratitude envers la République du Daghestan et son peuple, le président et le gouvernement pour tenir cette conférence, aussi bien que leur hospitalité, accueil chaleureux et leur générosité.

De même, les participants, au nom du peuple Daghestan, leur gouvernement et leur président, ont exprimés leur profond remerciement à l'IUMS pour les efforts gentils qu'ils ont exercés et le désir sincère de servir le peuple Daghestan, et à la délégation assistante à la conférence qui a été formée de Scheik Dr. Ali Mohyi Al-Deen Al-Qaradaghi, le Secrétaire général de l'UISM, le Scheik Abdel-Rahman Abdullah Al Mahmoud, le membre du Conseil d'administration IUMS et l'Officier d'Intendance, Rashid Omari Olwi, Directeur exécutif de l'UISM et du Dr. Louay Yusuf, Coordinateur en Fédération de Russie de l'UISM.

Et notre dernier appel est tout l'éloge être à l'Allah

Et la paix et des bénédictions être sur notre prophète Muhammad, sa famille et compagnons