Qaradawi au Qatar conférence : Al-Deeb était un caractère complet qui a dépassé ce que d'autres cherchent

Commencé par :
En présence d'une sélection des savants et des prédicateurs de la Dawa, le Centre Culturel Islamique de Qatar a tenu une cérémonie samedi soir organisée par l'Association d'Étudiants Qaradawi pour honorer prof Abdul-Azim Al-Deeb, que Allah bénit son âme. Au premier rang des participants était prof Youssef Al-Qaradawi, le Responsable de l'Union Internationale des Savants Musulmans.

Parmi des orateurs de la cérémonie était Khaled Mishaal, le responsable du bureau politique de Mouvement de Résistance Islamique le Hamas, qui a assisté à la partie de la célébration, aussi bien que docteur Ali Mohyi Al-Qaradaghi, le Secrétaire général de l’UISM, Dr Khalifa Bin Jassem Al-Kawari, le conseiller au Ministère de Dotations et l'ancien directeur de Département d'Affaires Islamique, Ismail Al-Kilani, l'ancien directeur de la Division d'Études Islamique au Ministère de l'Éducation nationale, Abdel-Salam Basiouni, (prédicateur religieux et poète) et Dr Akram Kassab, le directeur de l'Association d'Étudiants Qaradawi.
A la cérémonie qui a marqué la commémoration de deux années depuis la mort de prof Abdul-Azim, était présent de nombreux savants et prédicateurs qui étaient les anciens étudiants du professeur ou l'ont simplement estimé.
Le Scheik Professeur
Dans son mot, Qaradawi a exprimé sa tristesse pour la perte de docteur Al-Deeb disant que : "il était le scheik, le professeur, le maitre et l'éducateur. Il n'était pas juste un universitaire vérifiant des textes historiques." Qaradawi a aussi souligné qu'Al-Deeb avait beaucoup de qualités dans sa personnalité qui a surpassée celles des autres. Il a refusé de vendre sa connaissance ou céder sa dignité pour un gain financier ou moral.
Il a indiqué qu'Al-Deeb avait une méthode unique de vérifier les vieux textes, était connu pour vérifier des textes classiques rares et que son style était sans remplissage inutile et prolongation, mais a prêté attention à la compréhension du texte et à la clarification de ses connotations.
Qaradawi a aussi expliqué qu'Al-Deeb avait les qualifications pour écrire dans la jurisprudence Islamique et l'histoire, mais a été préoccupé de la vérification des textes plus que d’être auteur. Il a aussi rappelé de la terminologie de Al-Deeb et de ses expressions comme son expression célèbre qui "l'ordinateur est le veilleur de jour moderne".
Qaradawi a loué la patience Al-Deeb, sa persévérance et sa persistance dans la vérification des livres d'Imam Al-Juwaini et a expliqué qu'il a passé plus de vingt ans en etudiant et vérifiant le livre Al-Matlab Nihayat de Juwaini.
Qaradawi a mentionné que le professeur décédé était bien aime par ses élèves parce qu'il leur transférer la connaissance avec l'amour et l'affection. Il regrettait qu'Al-Deeb n'aient pas vécu pour voir les révolutions de printemps arabe et d’être témoin de la chute des régimes d'oppression, d’injustice et de tyrannie.

Le Président de l’UISM a loué l'initiative de l’Association des Étudiants Qaradawi pour l’organisation de la cérémonie chérissant la mémoire d'Al-Deeb comme le savant, le vérificateur et le rénovateur d'une tradition modérée. Il a recommandé vivement l'association de consacrer le forum prochain pour honorer le scheik Abdel-Moez Abdel-Sattar qu'il a décrit comme "le frère et le professeur" qui mérite être d'honorer.

Englobement des savants

Dans ses mots, Khaled Mishaal a loué le rôle du Qatar pour son englobement des savants prédicateurs, intellects et l'élite instruite "loin de vantardise et fierté".
Il a estimé les positions de Qatar en supportant la résistance palestinienne et a dit que "s'il n'avait pas été pour le l'assistance de notre nation arabe et Islamique, au premier rang l’aide du Qatar, nous n'aurions pas pu persister ou tolérer."
Mishaal a dit qu'il regrettait qu'il n’ait pas été témoin de la générosité et de la connaissance du feu Dr Al-Deeb de par ce qu'il a entendu parler de lui du scheik Qaradawi. Il a clarifié qu'il a observé deux choses dans les courts instants ou il a rencontré docteur Al-Deeb. D'abord : l'attitude d'un savant réfléchi, la façon d’exprimer d'un vérificateur pensif, calme plein de connaissance et sagesse. Le deuxième : sa conscience politique unique et ouverture d'esprit qui suit toujours les nouvelles des développements arrivant dans le monde.
Mishaal a souligné que c'était nécessaire pour les Arabes et les Musulmans de consacrer l'attention à faire des recherches et des enquêtes scientifiques après la révolution de printemps arabe et a dit que "la nation a besoin d'une reprise dans tous les domaines de vie pour pouvoir produire au lieu de demander la bienfaisance". Il a indiqué le rapport proche entre la reprise scientifique et le progrès d'une part et l'indépendance de décisions politiques sur l'autre. Il a aussi dit que "une personne ne peut jamais posséder une décision politique, s'ils ne possèdent pas une continuation scientifique."

Mishaal a porté la prophétie prometteuse que la souffrance des Palestiniens ne durera pas longtemps et a dit que "le printemps arabe sera une grande élévation dans notre bataille contre le projet de Sioniste."
Il a critiqué le processus de judaïsation, l'implantation, la migration obligatoire et le meurtre qu'Israël effectue envers les territoires occupés et à attirer l’attention sur le danger de la nouvelle situation de facto créée par le gouvernement Netanyahu à la charge des Palestiniens, le plus apparent d'eux est le plan de judaïser Jérusalem.
Il a critiqué "l'hypocrisie internationale" et le silence mondial concernant des crimes israéliens en Palestine. Il a admis que bien que la nation arabe et Musulmane soit concernée sur ce qui se passe en Palestine, leurs médias sont préoccupés des incidents de révolution dans un certain nombre de Pays arabes.
Mishaal a exprimé sa joie que la nation arabe a finalement possédé un produit internationalement exportable qui est "les révolutions" qui est devenu un modèle à être suivi à l'est et à l'ouest.
Une montagne noble
Docteur Ali Al-Qaradaghi a décrit son scheik et professeur Abdul-Azim Al-Deeb comme "une montagne noble qui a appartenu à une génération de lutte, qui a vécu dans le sanctuaire de connaissance pour servir l'héritage de la nation". Al-Qaradagi le considérait un modèle unique dans la vérification de livres d'héritage Islamiques, particulièrement les livres d'Al-Juwaini, l'imam de la Mosquée Sainte dans la Mecque et expliqué que sa qualité remarquable en tant que vérificateur était parce qu'il a étudié aux mains de deux des professeurs de vérification les plus renommés : Mahmoud Shaker et Abdel-Salam Haroun.
Il a proposé à l'Association des Étudiants Qaradawi de consacrer l'attention à la méthode de scheik Al-Deeb dans la vérification et ses écritures dans l'histoire, et a admis qu'il a gagné beaucoup de savoir de sa relation avec le scheik. Al-Qaradaghi a affirmé qu'il n'a pas connu des hommes de savoir pareil au scheik, que 'Allah bénit son âme.

Il a décrit des réunions avec le scheik Al-Deeb comme "sans médire et sans commérage, riche en discussions de sujets scientifiques". Al-Qaradaghi promis que l'UISM va organise un séminaire décrivant le scheik Al-Deeb dans ses activités.

Optimiste à propos de la victoire
Ismail Al-Kilani a révélé les côtés qui sont mentionnés pour la première fois dans la vie du docteur Al-Deeb après l'épreuve de plusieurs situations avec le feu professeur. Il a dit qu'Al-Deeb était une personne lisse, modeste, on l’aimer de la premier fois qu’on le rencontré. Al-Deeb détestait le désaccord et la violence et refusait le commérage en sa présence, il ne s’adressait jamais à quelqu'un en utilisant des mots mauvais. Il ne s'est pas soucié des questions financières et prenait de son épargne pour les donner aux personnes dignes d'aide.
Al-Kilani a témoigné qu'Al-Deeb a été concerné par les problèmes de la nation Musulmane, d’une façon primordiale le problème palestinienne. Il a demandé aux Palestiniens de rendre leur cause sur la bonne voie, et a été rapporté comme optimiste à propos de la victoire sur les Sionistes en dépit du temps qu’elle prendra, à condition que les Musulmans revendiquent la victoire sur eux-mêmes.

Un savant Pieux

Docteur Khalifa Bin Jassem Al-Kawari indiqua qu'Al-Deeb était un savant pieu. Il a parlé de l'ascétisme de Al-Deeb et l'a décrit comme facile de s'entendre avec, les gens le trouve proche et familier a eu dès la première rencontre.
Khalifa a mentionné l’intérêt qu’avait Al-Deeb pour la nation Musulmane et son histoire. Il a aimé l'histoire Islamique bien qu'il était spécialiste dans la jurisprudence et les origines de jurisprudence.
Un homme valant une nation
Le scheik Abdel-Salam Al-Basiouni a vu la cérémonie comme une forme de reconnaissance et de gratitude envers les savants et leurs connaissances et une démonstration du haut statut d'un des savants qui ont mérité d’être honorer. Il a récité une longue poésie mentionnant les bonnes qualités du feu en question.
De sa part, Dr Akram Kassab a décrit le scheik Al-Deeb comme un pionnier du la modération, reprenant ses pensées à travers ses écritures, ses vérifications et ses recommandations éducatives et religieuses.
Il a mentionné ce Al-Deeb était un homme a la taille d'une nation, qui était honnête avec soi-même, avec Dieu, avec sa religion, à la nation et à ses étudiants et enfants a qui il a tenu des grandes et sublimes affections humaines.
Kassab a mentionné qu’Al-Deeb était unique dans ses écritures et son utilisation de termes, et a rappelé son expression :"si les lois de Dieu sont valables pour chaque moment et endroit, donc chaque moment et endroit ne sera pas véridique sans la loi de Dieu".


Docteur Kassab a proposé au scheik Qaradawi de faire le scheik Al-Deeb et ses efforts dans la « dawa » une section dans le prix Al-Qaradawi de la pensée Islamique en sa deuxième année.

Docteur Kassab a loué la fraternité inégalée entre Al-Qaradawi et Al-Deeb en disant "je n'ai jamais vu personne portant affection a un autre comme l'amour de Qaradawi pour l'amour Al-Deeb et de Al-Deeb's pour Qaradawi. Leur relation était une incarnation fraternelle de fidélité dans toutes ses significations."