Balqis, la femme dirigeante

Commencé par : Par Dr Leïla Mohamed BELKHEIR

Par Dr Leïla Mohamed BELKHEIR, (membre de l’Union)

 

Balqis, la femme dirigeante

 

Le Coran a accordé de l’attention à la présentation des modèles et des exemples qui peuvent transcender le caractère du temps et de l’espace et le standard des formes et des noms d’une manière qui corrobore sa sainteté et son miracle.  Ainsi, on trouve l’histoire de Balqis, la Reine de Saba étant présentée comme un modèle de la femme forte et intègre et à laquelle, les hommes sont soumis. Elle s’éleva à ce rang grâce aux capacités dont elle lui est dotée telles que le bon sens, des idées raisonnables et la sagesse dans la gestion et dans le commandement.

La circonstance du récit de cette légende est agréable et intéressante par la voix de la Huppe qui s’absenta et puis revint en ayant exploré les mystères de cette histoire dans la Sourate (An-naml) :

 « J’ai trouvé qu’une femme est leur reine, que de toute chose elle a été comblée et qu’elle a un trône magnifique. » V.23, « Je l’ai trouvé, elle et son peuple, se prosternent devant le soleil au lieu d’Allah. Le Diable leur a embelli leurs actions, et les a détournés du droit chemin, et ils ne sont pas bien guidés. » V.24.

Ce fut une femme exceptionnelle ayant sous son règne les hommes et les femmes.

Comment a-t-elle pu être leur souverain ?

De par sa bonne gouvernance et de par sa politique loyale, un modèle particulier marqué par des capacités inégalables. Les composants les plus importants de la personnalité forte qui se trouvent chez la Reine de Saba sont la fermeté, le discernement, la constance dans la position, l’intelligence managériale et l’implication des doués de raison à travers le dialogue et la consultance. Le sens de responsabilité chez Balqis est remarquable, tel qu’il s’est illustré par sa préférence de l’intérêt élevé qui est la préservation de la sécurité et de la stabilité au détriment du triomphe des sentiments et des plaisirs, comme il est indiqué dans le Coran, (Sourate An-naml) :« la Reine dit : ô notables ! Une noble lettre m’a été lancée. » V.29, « Elle vient de Salomon, et c’est : Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, » V.30, « Ne soyez pas hautains avec moi et venez à moi en toute soumission. » V.31 « Elle dit : ô notables ! Conseillez-moi sur cette affaire : Je ne déciderai rien sans que vous ne soyez présents (pour me conseiller). » V.32 « Ils dirent : "Nous sommes détenteurs d’une force et d’une puissance redoutable. Le commandement cependant t’appartient. Regarde donc ce que tu veux ordonner." » V.33 » Elle dit : "En vérité, quand les rois entrent dans une cité ils la corrompent, et font de ses honorables citoyens des humiliés. Et c’est ainsi qu’ils agissent." » V.34 « Moi, je vais leur envoyer un présent, puis je verrai ce que les envoyés ramèneront. » V35

La légende de Balqis est considérée comme véritable exemple de la capacité de leadership chez la femme, et révèle également son aptitude sui generis dans ce sens, mais son caractère hégémonique et de propagande ne doit pas prendre le dessus sur sa spécificité en tant que modèle. C’est le cas dans notre réalité contemporaine, c’est-à-dire se préoccuper à coller aux femmes des noms grandiloquents qui trahissent de fond en comble la mission pour laquelle elles sont créées et qui n’est rien d’autre que la formation des générations. La conséquence qui en découle c’est désormais un fléau qui gangrène la société par l’éclatement des familles dû à l’exode et aux chaos. Pourquoi le phénomène de Khulu’ (divorce sur requête de la femme) prend des proportions dans notre société moderne ? Pourquoi le divorce et la gêne ? Et qui installe l’illusion par la multiplicité des modèles féminins et leur accès à la prise de décisions ? Ce choix est malheureusement sans rapport avec la solidité et la continuité de sa nature femelle et suave car le manque de contrôle dans les situations est la cause principale de la misère dans laquelle nous sommes présentement.

Ainsi, la fin de cette histoire est concordante avec la suite logique des évènements, d’où Balqis guida in-fine ses sujets à avoir de la foi en Dieu.

Le Coran clarifie son plan équilibré dans la présentation des modèles, afin qu’on ne déconstruit pas le fil conducteur sur sa nature et la spécificité de son impact parce que l’exagération peut entrainer à l’affaiblissement, à la déformation et à la grande corruption (de sens).

 

Cet article est parmi d’une série d’articles thématiques sur « le Coran et la Vie ».